Coups de feu rue Saint Roch

Mis à jour : 26 nov. 2019


Théâtre le Funambule - jusqu'au 12 juin 2018 - Mis en scène par Jocelyn Fiorina - Avec Nicolas Soumah, Constant Vandercam, Justine Vultaggio, Thibault Gouzarch, Philippe Pasquini

Synopsis copier-coller

En 1832 Edgar Allan Poe se rend à Paris, il est hébergé par Alexandre Dumas. Ce voyage est resté secret, jusqu’à ce que l’on retrouve un manuscrit inédit de Dumas relatant cette rencontre. Que s’est-il passé ? Quelles aventures ont vécues les deux écrivains dans ce Paris insurrectionnel, à la veille de la montée des barricades, celles-là même racontées par Victor Hugo dans Les Misérables ? Quels rôles ont joués Edgar Poe et Alexandre Dumas dans les soulèvements républicains qui ont secoué la France cette année-là, face à la brigade de sûreté dirigée par Vidocq ?

Alors ?

L'histoire dans l'Histoire, entre fiction et réalité (fantasmée ?), la possible rencontre et amitié entre Edgar Allan Poe et Alexandre Dumas se déroule devant vos yeux, un peu décontenancés. D'un côté, nous avons un Sherlock Holmes souffrant d'un accent à couper au couteau qui lui fait perdre sa crédibilité et sa vivacité, et, d'un autre côté, nous avons un écrivain français exagérément crispé, les doigts et les bras écartés, le regard cherchant constamment une approbation du public. Public qui sera vite lassé de voir les comédiens se débattre avec les fréquents changements de décor où la plupart du temps le même mobilier est déplacé sans coordination, pour un résultat sans plus-value. C'est donc lourd, répétitif, bruyant et on tire la langue. La très belle musique tente de masquer l'instabilité de la pièce. De positif, on remarquera en outre, les costumes d'époque, les parties chantées avec la très belle voix de Justine Vultaggio et quelques moments intéressants avec notamment le lien entre la poésie et les mathématiques. La promesse d'un voyage littéraire et historique n'est pas tenue.


La petite phrase

"C'est donc par fraternité que vous voulez me tuer ?"