Elle est là

Mis à jour : 1 déc. 2019


Manufacture des Abbesses - jusqu'au 29 décembre 2018 - de Nathalie Sarraute - mis en scène par Agnès Galan - avec Nathalie Bienaimé, Gabriel Le Doze, Bernard Bollet, Tristan Le Doze

Synopsis copier-coller

H2 ne supporte pas que sa collaboratrice ait une idée différente de la sienne. Il en souffre, cela lui est intolérable car il ne pourra jamais l’empêcher de penser autrement. Cette idée est là, elle l’obsède, le ronge, par le seul fait d’être là. Un quatuor de personnages implacables qui, sur le mode tragi-comique, exacerbe nos comportements les plus primitifs et réveille nos démons.

Alors ?

L'idée est là, ancrée en elle. La seule femme de la pièce est la porteuse de l'idée. Cela est insupportable pour H2 qui souhaite la détruire. "Vous croyez que ça peut changer la face du monde ? Juste ça ? Cette petite idée?". On ne saura jamais de quoi il s'agit. Un complice le rejoindra dans son délire. On ne saura pas non plus d'où il vient. La mise en scène très sobre, avec 4 chaises et une table, n'aide pas à restituer le contexte. Elle laisse place à la réflexion et au poids des mots. C'est justement l'effet recherché de la pièce qui n'est à l'évidence pas évidente à jouer. Rien n'est donné à voir, tout est à penser. Les phrases ne sont pas finies, le spectateur doit faire l'effort de trouver un sens au sous-entendu. Pour servir ce texte conceptuel, Gabriel le Doze tient le rôle principal et heureusement que sa qualité d'interprétation donne du corps à l'oeuvre de Nathalie Sarraute. Son jeu est en décalage avec un texte qui personnellement me laisse sur ma "fin". Indépendamment du trio de comédiens, je crois que c'est au spectateur de faire lui-même preuve de tolérance : l'esprit est là mais pas la lettre. 


La petite phrase

"Les idées, vous savez, c'est comme le domicile conjugal : jusqu'à présent, d'ordinaire les femmes suivent"


Prérequis

Vous ne campez pas sur votre idée


Contre-indication

  • Vous êtes totalitaire

  • Vous avez déjà votre petite (mauvaise idée) sur l'écriture de Nathalie Sarraute