Et l'amour creusa mon ventre

Mis à jour : 1 déc. 2019


Théâtre de la Manufacture des Abbesses - jusqu'au 25 novembre 2018 - de et mis en scène par Julien Köberich - avec Fanny Balesdent, Chloé Genet et Julien Köberich

Synopsis copier-coller

Un jour Tom rencontre Adèle. Il ne la verra jamais plus. Mais son cœur est fendu, et la passion y germe, définitive, irrémédiable. Progressivement, Tom transforme sa nouvelle compagne, Floriane, à l’image de celle qui l’obsède. Une grande pagaille d’amour théâtrale, où le fantasme rivalise avec la réalité, où chaque parole abrite un secret. Un entremêlement de scènes comiques, poétiques, et cruelles.

Alors ?

Après un coup de foudre dans une cabine d'essayage, Tom ne s'en remet pas. Adèle devient sa muse avec qui il échangera - temps moderne oblige - des poèmes par texto. Problème : il a déjà quelqu'un, Floriane, qui est plus branchée Tinder que minnesinger. Entre celle qui est d'une lourdeur grotesque et celle qui est presque muette, discrète, mystique, le jeune homme est tiraillé par deux femmes radicalement opposées. Cet antagonisme féminin confronte deux langages. Difficile de ne pas être attiré plus par l'une, sauf à aimer la vulgarité. Floriane demande à Tom de "l'aménager à son goût". C'est cruel, car il y a tout à changer pour qu'elle puisse avoir une once de ressemblance avec Adèle. L'idée de la transformation de sa compagne en son idéal est séduisante. La simplicité de l'intrigue et l'utilisation du monde contemporain et littéraire a le mérite d'être une pièce très accessible. Le spectacle est travaillé, les comédiens dévoués et la mise en scène, tout en cordage, est originale. Mais à trop tirer sur la corde, on aboutit à une pièce caricaturale. 


La petite phrase

"Soyons ambitieux, habillez-moi"


Contre-indication

  • Vous n'êtes pas sensible au lyrisme ;

  • Vous passez vos vacances à Orthez pour participer à des jeux taurins.