Humiliés & Offensés

Mis à jour : 1 déc. 2019


Vu au Théâtre des Lucioles dans le cadre du Festival OFF d'Avignon 2019 - d'après Dostoïevski - adapté et mis en scène par Anne Barbot - avec Anne Barbot, Minouche Briot, Benoît Dallongeville, Phiippe Risler et Jérémy Torres

Synopsis copier-coller

Avec la volonté farouche de conserver la force, la simplicité et l’humanité de l’écriture de Dostoïevski, les comédiens s’emparent des fragilités de l’Homme et nous transportent dans une fresque sociale et familiale où le désir de vivre se heurte à la brutalité d’un monde cynique, froid et cupide. Quand l’être aimé nous consume par son absence Quand il nous est dit que « la vie est un accord de commerce » Quand notre père nous regarde « comme un ennemi et non comme un fils » Il ne nous reste plus qu’à relever la tête, à ravaler nos larmes et à nous soulever.

Alors ?

Le collectif Nar6 est un collectif d'artistes qui s'attaque à de grandes œuvres (William Shakespeare, Witold Gombrowicz, ...) pour les inscrire dans l'actualité contemporaine. En l'espèce, les écrits de Dostoïevski sont mis à l'honneur avec un spectacle en 4 épisodes. Dans le cadre du Festival OFF d'Avignon 2019, j'ai vu les parcours 1 et 3. Ces parcours initiatiques ne sont pas indépendants les uns des autres et il est dommage que la présentation d'une seule partie du spectacle nuise à la compréhension des tenants et aboutissants entre Natacha (Anne Barbot), Ivan (Benoît Dallongeville), Aliocha (Jérémy Torres) et Le Prince (Philippe Risler). Étrangement, le manque d'éléments ne m'a pas tant dérangé pour apprécier la représentation.

Le parcours 1, intitulé "Nous aurions pu être heureux pour toujours ensemble", met Natacha à l'honneur. Elle a quitté son fiancé (Ivan) pour un autre, Aliocha, fils d'un grand propriétaire terrien. Le nouvel élu de son cœur est le grand absent, sur scène, mais il est au cœur des préoccupations entre Ivan et Natacha. Ivan soutient son ex-fiancée dans ses tourments. Il est stoïque, un véritable pilier. Il en devient presque touchant de naïveté de part sa fidélité. Il assiste, impuissant, à l'enfermement de celle qu'il aime encore. Natacha frôle l'hystérie et sa santé mentale repose entièrement sur son ex-compagnon.

Le parcours 3 - "Nous existerons aussi longtemps que le monde existera" - est bien plus tranchant et viril. Le face à face concerne Ivan et le père du nouveau fiancé de Natacha que l'on surnomme modestement "Le Prince". Sans que l'on sache trop pourquoi les deux hommes se retrouvent autour d'une table sur laquelle trône des produits de luxe, on constate le clivage culturel et social des intéressés. Le Prince mène la danse en enlevant tout masque hypocrite. Il est puissant et ne se prive pas de rouler des mécaniques. Quand Ivan désapprouve ce qu'il appelle être "le monde" du Prince, ce dernier lui rétorque un cruel "vous vous complaisez dans votre orgueil de classe". Il cherche à comprendre l'ancienne et actuelle relation qui lie Ivan avec Natacha. Au cours du spectacle, on comprendra que Natacha est surtout liée à une sombre histoire familiale, une question de dignité et d'honneur. Pour parfaire le tout, Aliocha fait soudain irruption dans un beau costume bleu, après 4 jours d'absence. Il est métamorphosé, idéologiquement parlant. Il annonce la rupture avec son père, trop terre-à-terre pour lui, et récupère Natacha sous les yeux d'Ivan.

La scénographie dépouillée représente en quelque sorte le calme après ou avant la tempête, le vide qui s'est installé, le manque qui règne. "Voilà, mon palais" dit Natacha à Ivan tandis que la lumière, censée l'éclairer, viendra se refermer sur elle. Humiliés et Offensés offre le portrait de personnages blessés, trahis, qui parviennent pour certains à s'émanciper.

La petite phrase

"Si les souffrances qui viennent de lui pour moi c'est un bonheur, je fais quoi ?"