L'éternel premier

Mis à jour : 1 déc. 2019


Théâtre de la Pépinière - jusqu'au 16 décembre 2018 - d'après le récit Anquetil Tout Seul de Paul Fournel - adapté et mis en scène par Roland Guenoun - avec Matila Malliarakis, Clémentine Lebocey et Stéphane Olivié Bisson - (c) Leonard

Synopsis copier-coller

Devant nous, un homme pédale à s'en arracher les mollets. Son nom : Jacques Anquetil. L'un des plus grands coureurs de tous les temps. L'un des plus provocateurs aussi. Epicurien, il croque la vie à pleines dents. Il fume, boit, mange des huîtres... Le tout souvent à quelques minutes du début d'une course ! Anquetil est l'éternel premier. Trop fort pour le public qui préfère huer l'homme plutôt que d'applaudir le champion. C'est aussi le plus sensible et le plus sincère. Autour de lui, on retrouve les personnages qui l'ont aimé, entouré et accompagné : sa femme, sa fille, ses entraîneurs, ses adversaires ... Ici le récit d'une légende ...

Alors ?

Paul Fournel a enfourché sa plume pour écrire l’histoire de son modèle et son contraire : Maître Jacques. Le cycliste aime la vie et les sacrés défis. Nulle nécessité pour lui de choisir entre les cols et l'alcool, la clope ou l’effort. Sa méthode est atypique. Ses victoires sont incroyables. En dehors du peloton, c’est un loup solitaire, seul face à ses souffrances bien que les autres souffrent tout autant. Il en aura franchi des étapes. Le récit retrace avec précision ses exploits et ses prises de position sur le milieu du cyclisme. Sa vie personnelle peu glorieuse est également illustrée. Le caractère épique du vélo est honoré par une mise-en-scène poétique. On découvre Anquetil pédalant sur son vélo et entonnant un slam. Le mouvement est créé par un jeu d’écran disposé en paravent. La petite reine trône fièrement au centre de la scène. Anquetil ne la quittera pratiquement jamais et le spectacle ne patine pas. Le comédien Matila Malliarakis, qui joue Anquetil, est au sommet de son art. Quelle grâce, quelle puissance, quelle élégance, quelle humilité. Un rôle taillé pour lui. La compagne d'Anquetil (Clémentine Lebocey) apporte des touches glamour tandis qu’Olivié Bisson est à la fois le directeur sportif, équipier et narrateur dans un registre tout à la fois comique et nostalgique. Si le cyclisme et le théâtre combinent a priori deux publics différents, je vous assure que ce spectacle vous donnera la giclette.


La petite phrase de la pièce

« La solitude est mon royaume »


La petite phrase du public

Mon compagnon très fier de citer Jean Bobet : « Anquetil a entre les jambes un engin parfaitement extraordinaire, comme on en a rarement vu »


Contre-indication

  • Vous êtes Poupou ;

  • Vous travaillez pour l’AFLD.