MOÂ SACHA !

Mis à jour : 1 déc. 2019


Théâtre de Poche-Montparnasse - jusqu'au 10 juillet 2019 - d’après l’œuvre de Sacha Guitry - spectacle conçu par Christophe Barbier - avec Chloé Lambert, Christophe Barbier et Pierre Val - (c) Pascal Gely

Synopsis copier-coller

Accusé Guitry, levez-vous ! En août 1944, Sacha Guitry se retrouve dans le bureau d’un juge. Il ne s’agit pas seulement de l’interroger sur sa conduite pendant la guerre, mais bel et bien de retracer toute son existence. Son père, ses personnages, ses héroïnes... D’ailleurs, elles sont là, ses femmes, toutes ses femmes, côté cour et côté jardin. Et puisque tout est théâtre dans sa vie, cet individu est-il bien ce qu’il prétend être ? Derrière l’auteur Guitry, quel est l’homme Sacha ?

Alors ?

"- Votre nom ? - Guitry, Monsieur le juge" La pièce démarre dans le bureau d'un magistrat. Les deux hommes s'entretiennent pour refaire l'histoire du comédien, dramaturge et réalisateur Sacha Guitry. La disposition du public ne respecte pas celle d'une salle d'audience puisque la salle du Kabarett du Théâtre de Poche-Montparnasse porte bien son nom. Les spectateurs prennent place autour de tables rondes type bistrot. Un service est assuré avant la représentation pour pouvoir trinquer en ces températures printanières. Soir de première et stress oblige, peut-être, j'ai eu la malchance d'être recouverte de vin blanc (et presque heureusement !), ce qui rafraîchit à plus d'un titre... Néanmoins, la plaidoirie guitryienne m'a fait oublier ce drame poisseux. L'inculpation de Sacha Guitry pour intelligence avec l'ennemi ne sera qu'un prétexte pour dérouler une litanie de textes écrits de ses mains (18 extraits de pièces et pas moins de 11 œuvres dont sont extraites des citations). Il est déconcertant de savoir que le spectacle, qui ne dure qu'une heure vingt, condense autant d'extraits. Disparates sont les textes et pourtant une réelle fluidité se dégage, si on enlève les clins d’œil à la réalité du plateau de théâtre : Christophe Barbier, l'homme à l'écharpe rouge, faisant des commentaires sur le plateau de la chaîne d'information en continue BFM TV. D'ailleurs, Sacha Guitry portera, outre de grosses bagues, une certaine robe de chambre... rouge ! Dans le dossier de presse de la pièce, la couleur est annoncée, Christophe Barbier déclare que puisque Sacha Guitry "a mis son propre personnage dans ses pièces, [il s'est permis] d'en faire autant". L'écrivain, metteur en scène et comédien du spectacle, Christophe Barbier, a en effet le beau rôle. Il est mis (ou se met) plusieurs fois à l'honneur, en son nom propre, lui qui a un avis sur tout. Les allers-retours entre les textes et la réalité "visuelle" sont un peu déconcertants mais non dénués de cocasseries. La comédienne Chloé Lambert incarne les femmes de Sacha, ses épouses ou son épouse, "celle avec un grand E qui les résume toutes". Le troisième et dernier comédien, Pierre Val, joue plusieurs rôles, dont Lucien Guitry, le père de Sacha. Ce trio maintient en haleine avec brio un spectacle où la verve est haute et les punchlines fusent. Oui au mensonge, non à cette banalité à vouloir dire la vérité ! Quand l'homme parle, la femme succombe ! Les féministes puritaines sont priées de ronger leur frein, la misogynie ambiante plane. Christophe Barbier déclame avec malice ce qui aujourd'hui en ferait bondir plus d'une. Mais on pardonnera ces piques car la seule femme du spectacle offrira l'un des plus beaux moments de la soirée en chantant la chanson "J'ai deux amants" de Yvonne Printemps. "Mon Dieu, que c'est bête un homme..."

La petite phrase

"Il faut adorer les femmes pour avoir le droit d'en parler - puisque parler des femmes c'est en dire du mal"

Contre-indication

Vous ne supportez ni d'être cocu, ni l'impôt sur le revenu.

Pour étaler la confiture

Christophe Barbier a écrit un livre sur Sacha Guitry : Le monde selon Sacha Guitry paru en novembre 2018 aux éditions Tallendier