Poisson et petits pois

Mis à jour : 1 déc. 2019


Théâtre Le Funambule Montmartre - jusqu'au 20 janvier 2019 - de Ana-Maria Bamberger - mis en scène par Aliocha Itovich et Slimane Kacioui - avec Marie-Hélène Lentini et Dorothée Martinet

Synopsis copier-coller

Dans chaque famille, certaines erreurs ont le don de se répéter de génération en génération. En venir à bout n’est pas si simple ! Une mère au tempérament explosif voit sa fille commettre les mêmes erreurs qu’elle. À la manière d’une « Tatie Danielle », c’est avec amour, humour et maladresse qu’elle la fait réagir. Le temps reste suspendu dans une intimité où chacune écoute ces vérités blessantes mais qui font grandir !

Alors ?

Une fille s'occupe de sa mère, blessée à la cheville, en faisant ses courses. Un jour, elle ramène des petits pois et du maquereau. La mère est consternée par cet accord des mets, surtout à arroser avec du vin rouge ! De cette querelle, les échauffourées iront de plus belles. La mère reproche à sa fille de ne pas prendre soin d'elle, de ne pas voir qu'elle est cocue, et autres remarques qui ne font guère plaisir. Les non-dits explosent et les crispations se délient, elle ne souhaite pas que sa progéniture commette les mêmes erreurs que les siennes. Il serait nécessaire qu'elle mette un peu d'eau dans son vin mais au lieu de ça, elle met plus de rhum dans son thé. La mère, interprétée par Marie-Hélène Lentini, a un pouvoir comique très juste. Compte tenu de son potentiel, j'ai trouvé dommage qu'elle joue un texte aussi pauvre. Pour l'accompagner, la comédienne Dorothée Martinet joue cette fille qui joue à l'autruche et qui s'émancipera grâce à sa mère. Son évolution est perceptible et bien amenée. Heureusement que ce sont deux très bonnes comédiennes. Deux "pois", deux mesures.

Petite phrase

"Il a fière allure. On ne dirait pas ton fils"