Pour le meilleur et pour le dire

Mis à jour : 1 déc. 2019


La manufacture des Abbesses - jusqu'au 17 février 2019 - de David Basant et Mélanie Reumaux - mis en scène par David Basant - avec Caroline Brésard, Roger Contebardo, Edouard Giard, Céline Perra, Tessa Volkine - (c) John Bersi

Synopsis copier-coller

Quand une hypersensible, qui n’ose pas assumer ses intuitions tombe amoureuse d’un homme merveilleusement vulnérable qui se réfugie dans le non-dit, le malentendu peut les mener à la séparation sauf si l’entourage s’en mêle. À moins que l’émotion et le rire ne permettent de trouver le chemin de la parole et de l’amour.

Alors ? 

Sur scène, le cabinet d'une psychologue sera la boite noire du spectacle. Tous les chemins mènent au cube et les im-patients qui en ressortent croisent les chemins de leur pair/père. Les jeux de mots fusent et laissent imaginer  le plaisir que les comédiens ont dû prendre lors de l'écriture de plateau. Mona la psy, interprétée par Tessa Volkine, invite sur son fauteuil une femme (Audrey ; Céline Perra) qui désire avoir un enfant avec Julien (Roger Contebardo) qui lui n'a pas ce projet. Dans ce chassé-croisé, on croisera également, pour le meilleur, l'accro aux Tic Tac (Caroline Brésard) et le fils de la psy (Sacha ; Edouard Giard). Le spectateur ne se lassera pas des encouragements sous forme de "ouiii" elliptiques de Mona. Plutôt drôle et distrayant, paradoxalement plus vaudeville que psychologique, la pièce traite en surface un sujet relatif aux liens de parenté. Sans pouvoir en dire plus, je constate que le thème est plutôt à la mode et servi à toutes les sauces. L'effet de surprise a été malheureusement quasi-nul pour ma part, pour ne pas dire que j'ai été un peu déçue. J'imagine qu'actuellement c'est l'ingrédient simple et efficace pour ajouter de la gravité à une pièce et tenter de faire pleurer dans les chaumières. Par ailleurs, les rôles stéréotypés de la nana-qui-veut-aller-trop-vite-dans-une-relation et du gars-qui-ne-sait-ce-qu'il-veut-alors-que-sa-copine-est-belle-et-intelligente ne permet pas à la pièce d'être un poil originale. Cerise sur le gâteau, la réplique "ce n'est pas toi, c'est moi le problème" et la question existentielle "comment fait-on pour rendre une femme heureuse ?". Beaucoup de beaux sentiments et une belle promotion du couple, c'est bienveillant et on passe un bon moment. On va rester là-dessus.


La petite phrase

"Un psy c'est comme un chien, tu peux tout lui dire." 


Prérequis

Vous avez des maux et vous aimez les jeux de mots 


Contre-indication

  • Vous n'êtes en rien hypersensible ;

  • Un psy ? Pourquoi faire ?