Rencontre avec Pierre Pica

Mis à jour : 1 déc. 2019


Théâtre de la Cité internationale - jusqu'au 20 octobre 2018 - Dans le cadre de New Settings, un programme de la Fondation d'entreprise Hermès - avec le Festival d'Automne à Paris - conception et mis en scène par Émilie Rousset - avec Emmanuelle Lafon et Manuel Vallade

Synopsis copier-coller

Derrière un titre on ne peut plus sérieux, une performance qui n’est pas piquée des hannetons sur les particularités linguistiques d’une tribu d’Amazonie que Pierre Pica, linguiste proche de Noam Chomsky, étudie depuis quinze ans : les Mundurukus, dont la singularité réside dans le fait de ne compter que jusqu’à cinq ! Au-delà, pas de mot, mais le règne de l’approximatif. Un monde apparemment inconnu, qui en dit pourtant long sur les facéties du cerveau humain. Avec toujours ce même désir de partager et de donner à entendre autrement « la voix du spécialiste », Émilie Rousset propose à Emmanuelle Lafon et Manuel Vallade de superposer les voix, créer volontairement des décalages entre la parole de l’interviewé et celle des deux comédiens, virtuoses du langage invités à retranscrire les entretiens à l’oreillette. Quand érudition et humour font enfin bon ménage !

Alors ?

"Rencontre avec Pierre Pica" est un projet créé dans le cadre du Festival d'Automne et du programme New Settings de la Fondation d'entreprise Hermès. Dans une démarche de "re-enactment", c'est-à-dire de reconstitution d'un évènement, le metteur en scène Émilie Rousset retranscrit sa conversation avec le linguiste. Cet ancien élève de Noam Chomsky est le spécialiste de la syntaxe comparative. Il a fait des recherches sur la langue indigène des Munduruku, une ethnie vivant au Brésil, et a constaté la relativité du calcul. Si certains n'aiment pas le vin, pourquoi d'autres ne pourraient pas aimer les nombres ? Le ton est donné : chacun son paradigme. Au cas où cela vous échapperez, cette pièce ravira les intellos et les matheux-conceptuels. Il est drôle d'écouter un discours sur les quantités approximatives et de se rendre compte qu'en tant que spectateur, grosso merdo, on ne comprend pas tout. Pierre Pica est interprété par une femme, les phrases ne sont pas toujours finies, les monologues perdent la connexion internet, mais on hoche quand même la tête signifiant "mmh, mmmh, un système analogique ? Ouais, ok". Les comédiens, équipés d'une oreillette, jouent avec beaucoup de distance cette reconstitution. Ils se tiennent droit et fixent le public. Cela en est presque désincarné, comme leur discours. "Sortis de leur contexte d'origine, ces éléments de discours savants se trouvent dans une zone temporaire de compréhension flottante, pas loin de se transformer en pataphysique, la science des solutions imaginaires d'Alfred Jarry" (extrait d'un article du magazine Art press d'octobre 2018). Rigide sur une chaise à se masturber intellectuellement pour finir à quatre pattes, cet entre-deux absurde est tout simplement génial. 


La petite phrase

"Étudier une population qui n'a pas de nombre ? C'est raciste !"


Prérequis

2 est bien avec le 1


Contre-indication

  • Vous buvez 7 doigts de calva ;

  • On ne parle pas la bouche pleine.