Rimbaud Verlaine

Mis à jour : 1 déc 2019


Théâtre du Gymnase Marie Bell - jusqu'au 24 novembre 2019 - de et mis en scène par Stéphane Roche - avec Eric Jetner, Stéphane Roche, Eléonore Beaulieu, Marion Cador, Henri de Vasselot et Pascale Moe Bruderer

Synopsis copier-coller

« Rimbaud Verlaine » est une pièce de théâtre musical relatant la vie des deux poètes et leur rencontre, aussi destructrice que magnifique. Mais plus encore, c’est le chemin de deux être hors normes, deux poètes intemporels et incompris, qui se révèle à nous. Deux hommes révoltés en quête de « liberté libre » pris dans les pièges de la passion et d’un calcul du destin qui les fit se rencontrer, s’aimer et se déchirer pour laisser derrière eux une œuvre magistrale, moderne qui a transformé la pensée et le verbe de nos contemporains. Le spectacle se concentre sur trois années de leur vie, qui ont généré leur postérité.

Alors ?

La liaison charnelle et spirituelle, brute et destructrice, entre Verlaine et Rimbaud chantée et chorégraphiée, c'est la commande audacieuse de Pierre Cardin. De 1871 à 1873, les deux poètes se sont fréquentés, adorés et détestés. Trois années riches en péripéties et intenses en émotion, les deux hommes partageaient leur amour de la poésie et de l'alcool. Mais il faut croire que deux génies ensemble ne font pas un bon ménage. Du divorce entre Verlaine et sa femme (enceinte de lui), à son procès pour avoir blessé d'un coup de revolver le poignet de son amant, la pièce raconte pédagogiquement et chronologiquement ces événements dramatiques. Pourtant, il est impossible d'accuser le spectacle d'user du pathos. Visuellement, nous sommes loin de l'univers littéraire que l'évocation des noms des deux poètes pourrait laisser penser. Et pour cause, les costumes ne lésinent pas sur les matières : tulle, dentelle et paillette. On frôle le kitch clairement revendiqué. La musique, propre au registre des comédies musicales, accentue le côté show. Les comédiens baignent dans un décor de lumières assez réussi et impressionnant. Pour le reste, il semblerait que le choix ait porté sur la modestie. Il y a là, un décalage. Ce mélange entre l'histoire d'un amour intense et déchirant, plein de force et de vigueur, de détestation et d'admiration, et le mode opératoire d'un spectacle de Broadway (sans les mêmes moyens) laisse pantois. En outre, les comédiens chantent bien, voire très bien, sans qu'ils soient tous au même niveau s'agissant de l'aspect dramatique. Leur jeu ne sonne pas juste et ce ne sont pas les nombreux artifices qui pourraient aider à leur redonner de la sincérité.


La petite phrase

"Tu réveilles en moi tout ce qu'on m'interdit d'être"