Un amour exemplaire

Mis à jour : 1 déc. 2019


Théâtre du Rond-Point - jusqu'au 18 novembre 2018 - d'après la bande dessinée de Florence Cestac et Daniel Pennac - mis en scène par Clara Bauer - avec Florence Cestac, Marie-Elisabeth Cornet, Pako Ioffredo, Laurent Natrella et Daniel Pennac
Synopsis copier-collerIls sont nés le jour de leur rencontre. Daniel Pennac, de ses 8 à ses 23 ans, fréquente Jean et Germaine, unis dans un amour pur et désintéressé. Il joue Un amour exemplaire avec la dessinatrice Florence Cestac, qui recrée en direct ce rêve de môme autour d’un amour vrai.

Alors ?

Le professeur et écrivain Daniel Pennac est né d'un couple sans enfant. Jean et Germaine ont suscité chez le jeune homme de l'époque ses vocations : transmettre et écrire. De ses fidèles visites pendant 15 ans, Daniel Pennac leur a rendu hommage, avec le crayon de Florence Cestac, en publiant une bande-dessinée. Cette dernière est adaptée au théâtre par Clara Bauer qui a eu l'idée géniale de faire monter sur les planches les deux auteurs de l'ouvrage. Au croisement des souvenirs relatés, le dessin montre, la musique illustre et les mots participent à la restitution d'un temps révolu. Aujourd'hui, on bassine les mômes avec la lecture, hier on les obligeait à sortir leur nez des bouquins pour aller gambader dehors. Daniel Pennac a été bercé par la lecture à voix haute, de Spirou à Spinoza. Ses yeux pétillent et son sourire enfantin livre avec malice l'histoire de ce couple modeste et improductif qui s'aime d'un amour absolu. Une BD dans une pièce de théâtre, une histoire réelle dans une fiction, les comédiens qui interprètent Jean (Laurent Natrella) et Germaine (Marie-Elisabeth Cornet) se détachent de leur personnage pour mieux écouter la simplicité des mots de Daniel Pennac et admirer le coup de pinceau de Florence Cestac. Sans oublier l'homme à tout faire (Pako Ioffredo) qui ajoute du burlesque à ce spectacle écrit tout en finesse. 

La petite phrase

Plus les arbres sont petits, plus la maison est grande

Contre-indication

  • Vous n'aimez pas les nez en patate

  • Othello n'est pas une histoire d'amour


Pour étaler la confiture

Daniel Pennac a fait le choix de "réduire" son nom corse (Pennacchioni) lors de la publication de son premier essai en 1973 ayant pour sujet le service national, notamment pour ne pas mettre dans l'embarras son père, militaire.