Un monde fou

Mis à jour : 1 déc. 2019



Vu à la Condition des soies dans le cadre du Festival OFF d'Avignon 2019 - de Becky Mode - mis en scène et joué par Eric Metayer

Synopsis copier-coller

Éric Métayer dans une pièce à 32 personnages ! Sam, acteur au chômage, arrondit ses fins de mois comme standardiste aux réservations d’un grand restaurant. Éric Métayer joue Sam et… tous ses interlocuteurs au téléphone, ainsi que tout le personnel du lieu, qui intervient par interphone. Restant poli face aux caprices des VIP, il prend le temps de répondre gentiment aux correspondants qui le méritent. Du haut de sa cuisine high-tech, le chef le harcèle, le manager le snobe, on oublie de lui garder son repas, on lui demande d’exécuter les tâches les plus ingrates… Mais des signes d’un avenir meilleur lui redonnent espoir, et son père l’attend pour Noël. Éric Métayer nous enchante une fois de plus avec une performance où transparaît une émouvante humanité...

Alors ?

Ah ! quel bonheur de voir Eric Metayer brûler les planches dans ce charmant théâtre avignonnais qu'est la Condition des soies. Il entre en scène, il commence son job : répondre au téléphone d'un grand restaurant pour prendre les réservations. Il est assujetti à la machine infernale du standard qui sonne sans cesse. Polyvalence et réactivité sont les compétences requises pour survivre à ce travail. Lui, pourtant, souhaite être un comédien. Il attend impatiemment des retours d'audition qui pourraient l'extirper de sa situation actuelle. L'établissement reçoit des invités privilégiés tels que Philippe Starck, Marlène Schiappa ou encore les époux Pudlowski, ce qui n'aide pas à l'affaire. Le comédien est seul en scène et parvient à nous exposer pas moins de 32 personnages, passant de l'assistant de Kim Kardashian, à la serveuse en salle ou encore au homard qui vit ses derniers instants en cuisine. C'est virevoltant. Le spectacle, qui semble évoluer en fonction de l'actualité. Eric Metayer - et c'est ça qui est fort - ne se cantonne pas à exposer une simple farce. Il est certes un fou furieux dans le monde qu'il décrit mais il démontre aussi les conditions de travail des petites mains, celles à qui on demande sans scrupule d'être taillables et corvéables à merci. Les facettes obscures de l'être humain sont traitées avec beaucoup d'humour : les caprices, l'impatience, la méchanceté, le mépris ou encore l'ego surdimensionné. Polyvalence et réactivité, j'écrivais plus haut, Eric Metayer enchaîne et envoie la sauce à la vitesse de l'éclair. Ses imitations d'une qualité exceptionnelle semblent être un jeu d'enfant pour lui, alors que l'on sait pertinemment qu'elles relèvent d'une véritable performance. Chic, le comédien remercie son public pour son imagination. Un grand bravo au chef !

Le spectacle Un monde fou a reçu le Molière 2008 du spectacle seul en scène.